Décès de Jean Paul BROUARD enseignant au club de Prayssac

Le mot de Raymond Solano

Bonjour à tous,
Nous venons d’apprendre le décès de Jean Paul Brouard, suite à une longue maladie.

Membre de la FFAB, il a été l’enseignant de L’lME de Vire sur Lot puis de Prayssac.

Élève de NAKASANO, puis de TAMURA Sensei, il a su enseigner durant toutes ces années, avec une grande conviction et passion, cet art sublime qu’est l’aikido, après un passage par le judo.

Il a su transmettre à ses élèves le concept, la philosophie, les fondements et la pratique de cette discipline martiale avec dignité, compétence et humanité.

Un serviteur de l’aikido nous quitte. Il a fait honneur à notre fédération FFAB et à son club. Il laissera un excellent souvenir à l’ensemble de ses élèves attristés et son visage restera gravé dans la mémoire de tous ceux qui l’ont connu, aimé et apprécié.

En mon nom, et celui de l’ensemble des membres du Comité Directeur du Comité Inter-départemental Midi-Pyrénées, j’adresse à sa famille, à ses enfants et à ses élèves, nos très sincères condoléances.

Raymond SOLANO
Président de la Ligue Occitanie d’aikido et de Budo ( FFAB )
Président du Comité Inter-départemental Midi-Pyrénées (FFAB )

Le Mot de Samuel Larrouy

Bonjour à tous,

Je viens vous annoncer le décès de Jean Paul BROUARD hier en fin d’après midi. Après de multiples combats contre des cancers et des difficultés cardiaques.

Il pratiquait le judo et l’aikido depuis qu’il était jeune adulte. Il a suivi dans ses débuts NAKASANO, puis en région Midi Pyrénées, il avait suivi les stages de Tamura Sensei dont il nous parlait souvent. Jean-Paul avait créé le club de judo et d’aikido au début à l’IME de Vire sur Lot avant de l’installer à PRAYSSAC. Il avait un profond respect pour son « labo » le dojo qu’il considérait comme un lieu particulier. Attaché à l’étiquette, il souhaitait que le Dojo soit un lieu convivial, de confiance pour pouvoir expérimenter le travail du centre et du ki.  Il était très attaché aussi au stage au sein du club en début d’année avec Henri Avril. Son regard suffisait à nous faire comprendre qu’il fallait corriger notre posture, notre déplacement ou notre lien avec le partenaire.

C’était un enseignant particulier. Il arrêtait parfois le cours pour un mundo quand il sentait que c’était important pour le groupe. Pour beaucoup d’entre nous, c’était aussi des moments de partage autour de nos lectures, des échanges en dehors du tatami.

A plusieurs reprise il a refusé de décrocher. Quand il manquait d’oxygène, il a trouvé la force de tester son tuyau dans le lavabo pour démontrer aux soignants que celui-ci était percé. A domicile je l’ai vu faire pendant plusieurs minutes la respiration ventrale pour remonter son taux d’oxygène. Il menait ce combat pour revenir sur le tatamis. Il y a quelques mois déjà il m’avait confié ne pas s’être trompé de voie. L’aïkido était sa vérité et sa passion.

Lorsque nous nous sommes vus avant-hier soir, il regrettait de ne pas pouvoir remonter sur le tatamis pour partager avec nous nos derniers progrès et les siens. Car, il continuait de chercher inlassablement. Il était fatigué mais il avait de l’humour et il m’a tout de même confié ses recommandations pour les prochains cours !! Il souhaitait que je vous transmette à tous ses salutations.

Jean Paul je te souhaite un repos bien mérité et merci de toutes ces années, conseils et échanges

Samuel Larrouy

Président du club Aikikai de Prayssac

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.